Informations

Modifications du DSM-5 : Troubles anxieux et phobies

Modifications du DSM-5 : Troubles anxieux et phobies


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Le nouveau Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, 5e édition (DSM-5) comporte un certain nombre de modifications concernant l'anxiété et les troubles anxieux, y compris les phobies. Cet article décrit certains des changements majeurs apportés à ces conditions.

Selon l'American Psychiatric Association (APA), éditeur du DSM-5, le chapitre du DSM-5 sur les troubles anxieux n'inclut plus les troubles obsessionnels compulsifs ou TSPT (trouble de stress post-traumatique). Au lieu de cela, ces troubles ont été déplacés dans leurs propres chapitres respectifs.

Agoraphobie, phobie spécifique et trouble d'anxiété sociale (phobie sociale)

Le plus grand changement pour ces trois troubles est qu'une personne n'a plus à reconnaître que son anxiété est excessive ou déraisonnable pour recevoir l'un de ces diagnostics.

Selon l'APA, "Ce changement est basé sur des preuves que les personnes atteintes de tels troubles surestiment souvent le danger dans les situations phobiques et que les personnes plus âgées attribuent souvent à tort les peurs phobiques au vieillissement."

L'anxiété doit maintenant être « hors de proportion » par rapport à la menace ou au danger réel que représente la situation, après avoir pris en compte tous les facteurs de l'environnement et de la situation.

Les symptômes doivent également durer au moins 6 mois pour tous les âges maintenant, un changement destiné à aider à minimiser le sur-diagnostic des peurs occasionnelles.

Crise de panique

Il n'y a pas de changements significatifs dans les critères des attaques de panique. Cependant, le DSM-5 supprime la description des différents types d'attaques de panique et les regroupe dans l'une des deux catégories suivantes : attendues et inattendues.

"Les attaques de panique fonctionnent comme un marqueur et un facteur pronostique de la gravité du diagnostic, de l'évolution et de la comorbidité dans un éventail de troubles, y compris, mais sans s'y limiter, les troubles anxieux", note l'APA. "Par conséquent, l'attaque de panique peut être répertoriée comme un spécificateur applicable à tous les troubles du DSM-5."

Trouble panique et agoraphobie

Le plus grand changement avec ces deux troubles dans le nouveau DSM-5 est que le trouble panique et l'agoraphobie ne sont plus liés. Ils sont maintenant reconnus comme deux troubles distincts. L'APA justifie cette dissociation car elle a constaté qu'un nombre important de personnes souffrant d'agoraphobie ne présentent pas de symptômes de panique.

Les critères des symptômes de l'agoraphobie restent inchangés par rapport au DSM-IV, "bien que l'approbation des peurs de deux ou plusieurs situations d'agoraphobie soit désormais requise, car il s'agit d'un moyen solide de distinguer l'agoraphobie des phobies spécifiques", explique l'APA. « En outre, les critères de l'agoraphobie sont étendus pour être cohérents avec les ensembles de critères pour d'autres troubles anxieux (par exemple, le jugement du clinicien sur les peurs comme étant hors de proportion avec le danger réel dans la situation, avec une durée typique de 6 mois ou plus) . "

Phobie spécifique (également connue sous le nom de phobie simple)

Les critères spécifiques des symptômes de phobie restent inchangés par rapport au DSM-IV, sauf (comme indiqué précédemment) que les adultes ne doivent plus reconnaître que leur anxiété ou leur peur est excessive ou déraisonnable. Les symptômes doivent également être présents depuis au moins 6 mois pour tous les âges pour qu'un diagnostic de phobie spécifique puisse être posé.

Trouble d'anxiété sociale (également connu sous le nom de phobie sociale)

Les symptômes spécifiques du trouble d'anxiété sociale (phobie sociale) restent inchangés par rapport au DSM-IV, sauf (comme indiqué précédemment) que les adultes ne doivent plus reconnaître que leur anxiété ou leur peur est excessive ou déraisonnable. Les symptômes doivent également être présents depuis au moins 6 mois pour tous les âges pour qu'un diagnostic de trouble d'anxiété sociale puisse être posé.

Le seul autre changement significatif a été apporté aux spécificateurs de la phobie sociale : « le spécificateur généralisé a été supprimé et remplacé par un spécificateur de performance uniquement », selon l'APA. Pourquoi? « Le spécificateur généralisé du DSM-IV était problématique dans la mesure où les craintes incluent la plupart des situations sociales étaient difficiles à opérationnaliser. Les personnes qui ne craignent que les situations de performance (c'est-à-dire parler ou jouer devant un public) semblent représenter un sous-ensemble distinct du trouble d'anxiété sociale en termes d'étiologie, d'âge de début, de réponse physiologique et de réponse au traitement.

Trouble d'anxiété de séparation

Les symptômes spécifiques du trouble d'anxiété de séparation restent inchangés, bien que la formulation des critères ait été légèrement modifiée et mise à jour. "Par exemple, les figures d'attachement peuvent inclure les enfants d'adultes souffrant d'un trouble d'anxiété de séparation, et des comportements d'évitement peuvent se produire sur le lieu de travail ainsi qu'à l'école", note l'APA.

Contrairement au DSM-IV, les critères de diagnostic ne précisent plus que l'âge d'apparition doit être avant 18 ans », selon l'APA, « car un nombre important d'adultes signalent une anxiété de séparation après 18 ans. De plus, un critère de durée – qui dure généralement 6 mois ou plus – a été ajouté pour les adultes afin de minimiser le surdiagnostic des peurs passagères.

Le trouble d'anxiété de séparation a été déplacé de la section Troubles habituellement diagnostiqués pour la première fois pendant la petite enfance, l'enfance ou l'adolescence du DSM-IV et est maintenant considéré comme un trouble anxieux.

Mutisme sélectif

Le mutisme sélectif était auparavant classé dans la section Troubles habituellement diagnostiqués pour la première fois pendant la petite enfance, l'enfance ou l'adolescence » du DSM-IV. Il est maintenant classé comme un trouble anxieux.

Pourquoi ce changement a-t-il été effectué ? L'APA le justifie car « une grande majorité des enfants atteints de mutisme sélectif sont anxieux. Les critères de diagnostic sont en grande partie inchangés par rapport au DSM-IV.


Voir la vidéo: TOC ET TROUBLES ANXIEUX, COMPRENDRE ET AGIR (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Giacomo

    C'est une excellente idée

  2. Boden

    Merci immense pour l'aide dans cette affaire, maintenant je n'admettrai pas une telle erreur.

  3. Hengist

    Oui, je vous comprends. Il y a aussi quelque chose pour moi, il me semble que c'est une très excellente pensée. Complètement avec vous, je serai d'accord.



Écrire un message